« 7 sages-femmes sacrifiées pour taire la vindicte populaire » : (Bigue Ba Mbodji)

0 16

 

La présidente de l’association des sages-femmes d’Etat du Sénégal Bigue Ba Mbodj dénonce la suspension du personnel de santé présent au moment du décès d’Astou Sokhna à l’hôpital d’Ahmadou Sakhir MBAYE de Louga et appelle cet acte de « la vindicte populaire ».

« Nous nous inclinons devant la mémoire de toutes les femmes qui ont perdu la vie en donnant la vie. Nos condoléances à la famille de Astou Sokhna. Eh Oui, des têtes sont tombées : 7 sages-femmes sacrifiées pour satisfaire la demande sociale toujours dans les locaux de la police. La gynéco en sursis pour que la maternité ne soit pas fermée, le docteur Amadou Gueye Diouf, Directeur de l’hôpital, limogé », a-t-elle dénoncé sur sa page Facebook.

Bigue Ba Mbodj déplore également le non-respect de la présomption d’innocence de ses pairs.

« Et pourtant, toute personne est supposée innocente jusqu’à ce que sa culpabilité soit établie mais pas la Sage-femme, une pestiférée sans droits qui doit être l’agneau du sacrifice pour faire taire la vindicte populaire ».

Pour rappel, après le tollé suivant la mort d’Astou Sokhna à l’hôpital de Louga, le ministère de la Santé a suspendu les agents qui étaient de garde cette nuit.

Le Président Sall a limogé ce mercredi en conseil des ministres, le directeur Amadou Gueye Diouf aussitôt remplacé. La famille ayant porté plainte, le procureur du tribunal régional de Louga a pondu un communiqué pour dire avoir accusé réception de la plainte tout en promettant que le droit sera dit dans toute sa rigueur. En attendant, l’enquête est confiée à la police et les mis en cause sont en train d’être entendus…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.