Affaire du bébé abandonné dans des ordures : La maman du nourrisson est…

0 4

L’affaire de la déficiente mentale qui avait jeté dans une benne à ordures son bébé de sexe féminin, âgée de 7 mois et qui avait ému beaucoup d’internautes dans les réseaux sociaux, le 25 septembre dernier, a été jugée à la barre du Tribunal des flagrants délits de Pikine-Guédiawaye, le vendredi 22 octobre. Interpellée et internée au pavillon spécial de l’hôpital Aristide Le Dantec, la maman du bébé, F. Ndiaye, née en 1983, a été déclarée coupable des faits qui lui sont reprochés mais elle a été dispensée de peine, rapporte « le Soleil ».

L’enfant, emballé dans un sac, a été retrouvé vivant par des éboueurs, au petit matin du 25 septembre. La maman de la prévenue s’est présentée à l’audience pour dire, documents à l’appui, que sa fille ne jouit plus de toutes ses facultés mentales depuis janvier 2012. Elle a deux autres enfants, âgés de 9 et 11 ans. La prévenue, qui vit dans la maison familiale, a décidé de ne plus suivre ses traitements en médecines traditionnelle et moderne. Il lui arrive d’errer jusque tard dans la nuit mais elle rentre toujours pour dormir, selon sa mère. « Une fois, elle a conduit un de ses enfants pour une vaccination et l’a abandonné dans la structure hospitalière », a témoigné la maman de F. Ndiaye. La pauvre dame qui ne sait plus où donner de la tête, a aussi fait savoir au Tribunal que sa fille cachait ses médicaments dans son porte-monnaie pour ne pas les prendre. Elle se trouvait à Touba pour le Magal quand sa fille a été interpellée.

Jetant des regards craintifs autour d’elle en écarquillant les yeux, F. Ndiaye a reconnu les faits. Le père de l’enfant a refusé la paternité, a-t-elle fait savoir, selon toujours « Le Soleil ». Le représentant du Procureur a requis l’application de la loi pénale. Selon Mes François Senghor et Khoureychi Ba de la défense, si F. Ndiaye voulait vraiment abréger la vie de son enfant, elle n’aurait pas attendu 7 mois pour le faire. « Elle ne jouit plus de toutes ses facultés mentales mais l’instinct maternel a fait qu’elle n’a pas laissé son enfant à la merci des chiens. Elle a préféré la déposer dans une benne à ordures au petit matin, en se disant que les éboueurs allaient la voir », ont plaidé Mes Ba et Senghor

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.