Cameroun : Des violences intercommunautaires font 32 morts

Les plus violents affrontements intercommunautaires entre éleveurs arabes Choa et pêcheurs et agriculteurs Mousgoum jamais enregistrés à ce jour ont débuté le 10 août dernier à Missiska, dans l’arrondissement de Logone Birni, région de l’Extrême-Nord du Cameroun » et « ont causé la mort de 32 personnes et fait 74 blessés », a annoncé , le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué publié jeudi 19 août.

Le 10 août, des affrontements entre les Arabes Choas et les Mousgoum ont eu lieu dans le Logone-Birni, région de l’Extrême-Nord, d’après les autorités locales de la région. Les combats se sont déroulés dans le canton d’El Birké et les protagonistes se sont affrontés à coup de flèches et de machettes. Les affrontements entre éleveurs arabes Choa d’un côté, et pêcheurs et agriculteurs Mousgoum de l’autre, ont été provoqués par des tensions autour des ressources agricoles, halieutiques et pastorales.

“Au total, 19 villages auraient été incendiés”, a souligné l’agence onusienne. Ces violences ont forcé “11 000 personnes des deux groupes à traverser la frontière”, située à proximité de leurs villages d’origine, pour trouver refuge au Tchad. Environ 85% d’entre eux sont des femmes et des enfants et la plupart des hommes sont âgés

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp