Barthélémy Dias : « C’est une tentative de m’empêcher de battre campagne… »

0 8

Barthélémy Dias qualifie d’intimidation ce qui s’est passé hier. A son avis, c’est juste la volonté du pouvoir en place de l’empêcher de battre campagne, en tant que candidat de la coalition Yewwi Askan Wi pour la mairie de Dakar. Il affirme: «Ce qui s’est passé (hier) est une forme d’intimidation pour nous empêcher d’aller vers les populations et leur parler. Cest un pseudo procès (de l’affaire Ndiaga Diouf) qu’on agite parce qu’il ne faut pas que Barthélémy Dias ait la tête à aller battre campagne. Barthélémy Dias ira battre campagne à ses risques et périls, parce qu’il a été investi.»

Barthélémy Dias dit exercer un droit constitutionnel en tant que candidat investi, celui d’aller vers les populations, «Nous sommes en pré-campagne. La Constitution du Sénégal me permet de m’exprimer par la parole que personne, par la plume et par l’image. Jai été arrêté dans la commune de Mermoz/Sacré-Cœur et je ne l’accepterai plus. Je suis maire élu et je ne suis même pas sorti de ma commune. Pourquoi on ne m’a pas arrêté lundi et mardi dernier et la nuit d’avant ? Pourquoi on m’arrête aujourd’hui (hier)?», s’interroge-t-il. Le maire de Mermoz/Sacré Cœur s’est violemment attaqué au Commissaire de Dieuppeul qui, selon lui, ne mérite pas le titre d’autorité. Il l’a traité de tous les noms. Pis, il menace:

«Comme vous dites que vous êtes le commissaire de Dieuppeul, je vous donne rendez-vous, ici, demain (aujourd’hui). Je vais voir si vous êtes le commissaire de Dieuppeul. Il est temps de siffler la fin de la récréation. On refuse de nous permettre de vivre en démocratie.» Puis s’adressant au patron de la Sûreté urbaine, il dira : «J’invite personnellement un ami, un frère, le Commissaire de la Sûreté urbaine, demain, si je ne suis pas autorisé à sortir, à venir m’arrêter chez moi pour que tout le monde sache qu’on vit en dictature.» En plus de la défiance, Barthélémy Dias compte traduire en justice le Commissaire de Dieuppeul. Pour lui, l’acte qu’a posé hier, celui-ci à son encontre est inadmissible. C’est ce qui le pousse à en découdre avec lui.

«Jai décidé de porter plainte contre le Commissaire de Dieuppeul parce qu’il a abusé de son pouvoir en violentant, lui personnellement, à coups de poings et de matraques des militantes de Yewwi Askan Wi qu’il a mises dans le violon. On va régler cela. Je n’accepterai plus d’avoir comme interlocuteur le Commissaire de Dieuppeul. Il n’avait aucune excuse pour m’arrêter», prévient le maire de Mermoz/Sacré-Cœur. l’accuse les autorités de lui interdire ce qu’elles permettent au candidat de la majorité présidentielle pour la mairie de Dakar: Abdoulaye Diouf Sarr, qui est le candidat de la coalition Benno bokk Yakaar, ce week-end, s’est permis de faire une caravane sonorisée dans Dakar, en bloquant des artères, au vu et au su de toutes les autorités de ce pays, en commençant par le Préfet de Dakar. Toutes les autorités de ce pays, que ce soit le Commissaire central de Dakar, le commissaire de la Sûreté urbaine, le patron de la Division des investigations criminelles (Dic), tout le monde a vu Diouf Sarr en caravane et Dieu seul sait qu’il n’en avait pas le droit, parce qu’actuellement, on n’est pas encore en campagne. Il n’a pas le droit d’avoir une caravane sonorisée. Moi, je suis sorti de chez moi sans aucune sonorisation.

On ne peut pas accepter que l’APR viole la loi avec Diouf Sarr et que nous, on nous empéche de sortir sans Cortège, sans aucune caravane pour partir dans les marchés, les gares routières afin de parler aux Dakarois», avise Barthélémy Dias.

Infos Rewmi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.