Invasion de scorpions : Sacré-Cœur 3, un terrain miné !

0 10

Les populations de Sacré-Cœur 3 ne dorment plus le sommeil du juste. Ce quartier paisible est envahi par des scorpions qui installent la peur chez les habitants de ce quartier. D’après le site Actusen, la présence de ces bestioles dans la localité ne date pas d’aujourd’hui. Suivant nos confrères depuis deux années, à chaque hivernage, les scorpions font leur apparition, provoquant la hantise des populations. Les témoignages que nous avons reçus indiquent que, cette année, la situation s’est aggravée avec l’apparition massive de ces insectes à la piqûre venimeuse dans le quartier. Et pire, les scorpions ont infesté le quartier de Sacré-Cœur 3.

« La première invasion remonte à deux ans. Nous en avions vu quelques-uns que nous avons essayé de gérer comme toutes les bestioles qu’on rencontre au quotidien. Mais au cours de l’année, la situation s’est aggravée parce qu’une femme enceinte du quartier a même été piquée par un scorpion tellement, ils étaient nombreux. Elle a vraiment souffert parce que vous savez combien cette piqûre peut faire mal. Ma petite sœur aussi a été amenée à l’hôpital pour qu’elle prenne un antidouleur après qu’un scorpion est monté sur elle. Elle pleurait tellement que nous tous, nous criions pensant que la bestiole l’avait piquée. C’était un scorpion jaune : qui est le plus venimeux. Mais le médecin qui l’a consultée nous a dit qu’elle n’a pas reçu de piqure », a expliqué une dame à nos confrères d’Actusen.

Toujours est-il selon les mêmes sources, les habitants de Sacré Cœur 3 assistent à une invasion de scorpions. « A partir du crépuscule, les bestioles assiègent le quartier: dans les maisons, dans les voitures, dans les jardins, dans la rue… La nuit, c’est même risqué de sortir pour aller à la boutique ou ailleurs. Tout le voisinage se plaint de ces insectes. Nous avons signalé cela au niveau du service d’hygiène, mais il tarde à réagir. Avec l’hivernage, ils se reproduisent très vite, nous en avons partout. Tout le monde a peur et nous ne savons plus à qui s’adresser », déplore la dame.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.