Le diese de Sara: l’avenement du F24 ou la redemption du sphinx M23?

0 11

Le diese de Sara: l’avenement du F24 ou la redemption du sphinx M23?

Le compte à rebours est lancé… le peuple sénégalais à une fois de plus rendez-vous avec son histoire. Histoire qui s’écrira en galimatias ou en lettres de licorne, c’est selon!. Selon le désir inassouvi des politiques ayant pris en otage le jeu électorale. On arriverait à se demander  »tout ça pour ça ? ». Hélas !. Nous sommes rattrapés par l’histoire, par l’usure du temps et les murmures insomniaques du tsunami constitutionnel de 2012. L’histoire hoquete grave !.

Les germes du feu !…
Le 29 janvier après moult échanges entre acteurs politiques la candidature du président Wade est validé . Un fait vu par la classe de l’opposition comme un hold-up institutionnel . Limitant initialement le nombre de mandats présidentiels à deux, la Constitution a été réformée en 2001 et 2008, permettant ainsi au president de briguer un troisième mandat. Le président Wade devient ainsi l’ennemi commun à abattre !.

Le déclic !…
Voyant alors leur destin quasiment scellé, les différents candidats se sont regroupés au sein du M23, mouvement citoyen d’environ 400 membres né le 23 juin 2011, pour faire pression sur maitre Wade afin d’obtenir son retrait de la course à la présidence. Le ticket président vice-président fut la goutte de trop. Ce projet du président Wade fut une eau bénite pour l’opposition qui permis de  »gagner la sympathie » du peuple. Ce peuple adhère enfin à leur cause et s’engage pour le départ du président Wade. La puissance de ce M23 fut donc : le peuple, sa cheville ouvrière inéluctable !
Aujourd’hui l’histoire bégaye …pour la désolation de tous car la constitution devrait être pour chaque nation ,un mythe, une sorte de pharmacie d’où l’on essaye rien et ne retourne rien !. Sapristi !
Le pouvoir rend fou dit-on !. Non ,c’est plutôt goûter les effluves sucrées du pouvoir qui rend fou. L’appétit vient en mangeant. Pouvoir et opposition ne sont plus en odeurs de saintetés. L’homme a renié ses dires, il faut faire front !. Même cause, même effet…le retour du M23 est acté mais cette fois ce sera …F24.

Le binôme…F24 en sauveur ?
Une ambiance de réchauffée ,du déjà servi …dirait-on. Douze ans après le Mouvement du 23 juin (M23) constitué pour faire barrage au troisième mandat de l’ancien président Abdoulaye Wade, la plateforme « des forces vives de la nation F24 » est élaboré le 16 avril au Sénégal, avec près de 150 entité politiques et organisations de la société civile. L’homme à abattre cette fois: le président Macky Sall, pourtant pourfendeur de la candidature de maître Wade il y’a 12 ans. Qui l’eu cru ?. Il est soupçonné de maintenir le flou sur sa candidature à un troisième mandat pour la présidentielle de février 2024. À quelques mois des élections, le président Sall appelle au dialogue. Ne devrions nous pas être plutôt dans la phase d’application du dialogue de 15mois qui a eu lieu juste aux lendemains des joutes électorales de 2019 plutôt que d’enclencher un nouveau dialogue?.sur quels sujets d’envergure les acteurs cogiteront dans ce court quantum ?.
L’opposion dans sa nouvelle plateforme rassemble plusieurs entités politiques et sociales mais l’absence de certains poids lourds de la scène politique sénégalaise va se faire sentir comme c’est le cas du Parti démocratique Sénégalais qui refuse d’y adhérer à cause de l’ex-première ministre Aminata Touré qu’ils accusent d’avoir mis aux arrêts Karim Wade. Aujourd’hui. La bataille autour du droit qui secoue le pays aujourd’hui est à l’origine de cet apocalypse de la démocratie lequel enfante douloureusement ce bras de fer politique engagé dans les rues,une véritable réminiscence anachronique de l’ère des furies et des foules d’antan. Un sale temps que les alternances successives aurait pû clorent sans tambours ni trompettes. Le F24 aujourd’hui est fragilisé par sa configuration endogène !. Karim Wade et Khalifa Sall n’ont qu’un pied dans l’opposition vu leur condition vulnerable dû à leur passé carceral. Ils sont pratiquement  »menottés » .Le mouvement  »yen a marre » jadis populaire a perdu beaucoup de plumes entre temps. Ceci demeure une epine dans le pied de l’opposition. Le F24 est Une pléthore de partis et de mouvements avec un objectif commun mais hélas ! On oublie la cheville ouvrière : le peuple !. Le F24 axe essentiellement son discours autours du troisième mandat,de la libération des détenus politiques….
Le combat se trouve ailleurs… dans les tréfonds de la population, dans leur quotidien de l’inflation économique, de la cherté de la couverture santé et de l’éducation publique en mode pyramidal. Ce peuple n’enmagasine rien de ces termes et abréviations de circonstances. Il faudrait aller chercher ce peuples retranché dans la pauvreté et le chômage afin de le hisser au devant de son destin. À l’image du  »balai citoyen » du Burkina Faso. Ce combat est le leur si toute fois le F24 tient à faire mieux que le M23: obtenir le départ du président. Seul le peuple détient la clef des arcades pour changer la donne. Il urge alors d’établir les chantiers de refondations républicaines et propulser le peuple en figure de proue de cette lutte; il doit se sentir concerné. Il faut rendre à César ce qui appartient à César !

Sara Jupiter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.