Accueil Santé et Bien-être Le SOS d’une Française bloquée au Sénégal

Le SOS d’une Française bloquée au Sénégal

Plus de la moitié des Français bloqués à l’étranger n’ont toujours pas pu rentrer. Des dizaines attendent encore à l’aéroport de Dakar, au Sénégal, selon le témoignage d’une jeune femme dans l’émission « Libre antenne » d’Europe 1.
Lundi 23 mars, avant minuit, la « Libre antenne » d’Europe 1, émission ouverte chaque soir aux auditeurs, a reçu l’appel d’une Française à Dakar. Sandrine, c’est ainsi qu’elle s’est présentée, avait rejoint le Sénégal pour une mission humanitaire. Après l’annonce du confinement, elle a immédiatement regagné l’aéroport Blaise-Diagne avec son compagnon pour rentrer en France. Mais la compagnie low cost qui devait les ramener dans l’Hexagone était déjà fermée.
Selon Sandrine, des dizaines de Français sont coincés à l’aéroport de la capitale sénégalaise « dans des conditions critiques ». Parmi eux, il y a trois jeunes filles qui faisaient là-bas leur stage de professeure des écoles. Elles n’ont pas les moyens d’acheter le billet de retour aux tarifs proposé par Air France et dorment dans l’aéroport. Les prix ont en effet doublé voire triplé, comme le révélaient nos confrères d' »Ouest France » en publiant le témoignage d’un couple de Finistériens à qui l’on a proposé « un aller Dakar-Bamako-Paris à 2 371,34 euros par personne, sachant qu’un aller-retour Brest-Dakar coûte en temps normal environ 1 000 euros ».
La France a déjà organisé le retour de plus de 60 000 Français parmi les 130 000 bloqués à l’étranger par le Covid-19, a annoncé lundi le ministère des Affaires étrangères, estimant à une « bonne semaine » le temps nécessaire pour achever ces rapatriements.
« Une invraisemblable cohue »
Sandrine est restée longuement à l’antenne d’Europe 1. Elle a expliqué qu’un vol unique est annoncé chaque jour à 23 heures, mais que seuls les gens aisés ou ceux qui parviennent à être reçus par la direction de l’aéroport prennent place dans ces rares avions. « C’est une invraisemblable cohue et le hall ne désemplit pas », a-t-elle dit.
Toujours selon ce récit, recueilli par le journaliste Olivier Delacroix, les ressortissants français tournent en rond. Dispensées par l’ambassade de France, le consulat ou l’unique guichet de l’aéroport aux heures d’ouverture par ailleurs aléatoires, les informations sont contradictoires. Air Sénégal serait prêt à rapatrier les ressortissants français mais n’aurait pas le feu vert de la France. Le consulat aurait annoncé que le blocage vient du Sénégal. L’anxiété monte depuis quatre jours :
« On nous dit qu’on est sur des listes mais on ne sait pas de quelles listes on nous parle. Les gens sont entassés les uns sur les autres, sans masque. »
Membre d’Utopia 56, association créée en janvier 2016 en Bretagne pour encadrer le bénévolat qui se déployait alors sur la « jungle » de Calais, Sandrine a également décrit la situation au Sénégal, où l’état d’urgence, assorti d’un couvre-feu, est en vigueur depuis lundi minuit alors que 79 cas de Covid-19 ont été officiellement confirmés dans le pays :
« Je suis très inquiète pour l’Afrique. Les gens, ici, gagnent leur vie au jour le jour. Comment vont-ils faire ? Le confinement, ça va être une catastrophe. Les écoles sont fermées depuis mercredi. Les mesures ont été prises rapidement car les autorités connaissent la maladie. Ebola est passé par là et ils savent bien que ce virus est pire. Il va falloir les aider. » Sandrine espère prendre l’avion ce mardi soir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici