Les réseaux sociaux sont un cancer pour les dirigeants hors-la-loi et impopulaires (Par Marvel Ndoye)

0 11

Le Président Macky Sall vient de s’illustrer à nouveau avec sa profonde hostilité vis-à-vis des réseaux sociaux. Relevons d’abord quelques propos pour relever son revirement, et lire entre ses mots d’aujourd’hui

Propos A – Macky Sall avant 2012

« Il faut que le futur président de la République, quel qu’il soit, se dise qu’il y’a une vigie populaire, une vigie citoyenne qui est là, qui va observer les faits et gestes du nouveau pouvoir. C’est ce que j’appelle la magie du click à travers les réseaux sociaux, qui fera face à la toute-puissance du Fric et du Flic. Donc quel que soit le président, et nous nous l’avons intériorisé, il ne peut plus se permettre de faire ce qu’il veut, les majorités aussi ne peuvent plus se permettre de faire ce qu’elles veulent…».

Propos B – Macky Sall après 2012

« Les réseaux sociaux sont devenues un vrai cancer des société modernes. ….. Aucune société organisée ne peut accepter ce qui se passe aujourd’hui chez nous (dans les réseaux sociaux). Nous allons y mettre un terme d’une façon ou d’une autre …. On ne peut laisser les gens, sous l’anonymat du clavier passer leur temps à insulter d’honnêtes citoyens comme ça de façon gratuite. Ça ce n’est pas possible et on va y mettre un terme très clairement »

Si ce n’était pas indiqué, qui peut croire que les Propos A et les Propos B sont issus de la même personne ?

Le rôle de « vigie populaire » des réseaux sociaux n’a pas changé. Mais par contre c’est l’auteur des propos qui a muté, d’espoir du Sénégal à source de tous les maux du Sénégal, et il en veut aux réseaux sociaux de le démontrer tous les jours à l’opinion.

Pour analyser ses propos d’aujourd’hui, il faut mettre les bons mots à leur place.

** A la place de « Les réseaux sociaux sont devenus un vrai cancer des sociétés modernes », il faut plutôt comprendre qu’il considère que « Les réseaux sont devenus un vrai cancer qui perturbe ceux qui veulent festoyer sur le dos de la société »

** A la place de « Aucune société ne peut accepter ce qui se passe aujourd’hui chez nous », comprenons plutôt « Aucune mafia organisée comme celle que je dirige ne peut accepter d’être ainsi vilipendée par les réseaux sociaux »

** A la place de « Nous allons y mettre un terme d’une façon ou d’une autre », comprenons plutôt « Nous (le clan Faye-Sall, ses mercenaires, son pouvoir judiciaire) allons faire taire les citoyens qui dérangent notre festin, par la censure ou par la répression sanglante comme en Mars 2021 »

** A la place de « On ne peut laisser les gens, sous l’anonymat du clavier passer leur temps à insulter d’honnêtes citoyens comme ça de façon gratuite », comprenons plutôt « On ne peut laisser les citoyens honnêtes, patriotes et intègres, à travers les réseaux sociaux passer leur temps à dénoncer les magouilles, les contrevérités, les pillages, les transhumances, les fraudes, que j’encourage »

En fait Macky Sall sait que ses pratiques, celles de sa famille, celles de sa belle-famille ne passent pas inaperçues malgré l’océan de mal gouvernance qu’il a autorisée à son clan, et cela en bonne partie à cause des réseaux sociaux. Il sait qu’ils auront du mal à échapper à la furie des sénégalais après 2024. Il en est à sa énième menace contre les réseaux sociaux, contre la presse indépendante, contre la liberté d’expression. Lui, sa belle-famille, son clan ne cessent de faire emprisonner des youtubeurs, des facebookeurs, des Whatsappeur, des sentinelles, des activistes des réseaux sociaux, mais l’intensité des dénonciations à travers les réseaux sociaux ne baisse pas. Pas plus tard que cette semaine, Mansour Faye a fait enfermer un Youtubeur qui s’est interrogé à juste titre sur sa ferme moderne valant plusieurs milliards.

Le réseau d’insulteurs et de manipulateurs recruté depuis Sacré Cœur et semé dans les réseaux sociaux est englouti par la vigie populaire, par la vraie magie du click. Les patrons de presse, les médias et la presse en ligne corrompus par son clan, n’arrivent pas à enterrer la vérité. Alors par pure panique il cherche à renforcer sa dictature sanglante. Mais c’est peine perdue

Seuls les dirigeants impopulaires, fossoyeurs et dangereux considèrent les réseaux sociaux, la pluralité de l’information, la liberté d’expression comme un danger, comme un cancer. C’est encore plus inacceptable quand cela vient de ces dirigeants qui ont bénéficié de l’impact des réseaux sociaux quand ils n’avaient pas encore le pouvoir en main.

Macky Sall a déjà choisi le chaos plutôt que de céder le pouvoir en 2024 à Ousmane Sonko ou un autre de la même détermination. La Magie du Clic veillera à ce que les sénégalais reprennent en 2024 ce qu’ils lui avaient confié par erreur en 2012, et elle veillera aussi à ce que les fossoyeurs payent le prix de leurs crimes durant ses 12 années de gouvernance.

MARVEL NDOYE

E-mail : marvel@hotmail.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.