Sokhna Mai Mbacké Djamil demande à Cheikh Abdou Lahad Gaïndé de faire un choix entre politique et religion

0 27

Sokhna Mai Mbacké Djamil, petite fille de Sérigne Touba est devenue très célèbre grâce à ses sorties fréquentes sur le réseau social Facebook. Féministe, islamologue et mouridologue féminine, la jeune dame même si elle n’a pas cité cette fois-ci de nom, semble s’adresser à Cheikh Abdou Lahad Gaïndé Fatma Mbacké, militant de l’Apr.

 

Texte in extenso

Toutes les personnalités qui prônent publiquement une appartenance formelle à une entité politique déterminée ne doivent en aucun cas occuper des positions de responsabilité dans les instances d’organisation des grands événements religieux notamment celle consacrée au Grand Magal de Touba.

Ces instances et organisations doivent être soutenues par une objectivité et une neutralité limitant toute forme d’exclusion et symbolisant l’orthodoxie mouride dans ses sens les plus authentiques.

Les dirigeants de ses instances doivent pouvoir librement entretenir des relations cordiales de travail et d’échanges avec l’ensemble des acteurs de notre pays dont ceux politiques et quelque soit leurs bords d’appartenance.

Et sur un tout autre plan, ces instances doivent avoir comme rôle de réguler et d’apaiser les différences partisanes et les désaccords politiques.

Cependant, nul ne peut être à la fois juge et parti (il n’y a pas d’erreur sur le mot, j’ai bien écrit “parti” sans le e).

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.