Transport inter urbain : Les taxis clando, un mal nécessaire

0 0

Au Sénégal, les Taxis clando sont des voitures individuelles s’associaient de plus en plus à des transports collectifs qui gagnent en efficacité.

Ces véhicules couramment appelés « Clando» en raison de leur manque de sécurité mais aussi de luxe, sont devenus de véritables œuvres sociales. Ils sont à la portée de toutes personnes. Il suffit de décaisser 100 FCFA pour rallier de relatives distances d’un ou deux kilomètres.

Et en général la clientèle usant de ces véhicules est le plus souvent composée de vendeurs, de commerçants, d’étudiants de businessman, entre autres. Pour le choix ou la marque, n’importe quel modèle de voiture peut être utilisé comme clando. Leurs propriétaires où chauffeurs sont souvent d’anciens chefs de garage, des policiers à la retraite, des enseignants, ou des conducteurs en panne d’argent. Mais aujourd’hui en raison du manque d’emploi, les jeunes apprentis chauffeurs ayant obtenu leurs permis investissent cette filière.

Ainsi, en raison de leur illégalité, ils deviennent la proie facile des policiers véreux qui les attendent partout ou ils passent. Mais il faut dire que leur manque de sécurité les prédispose à causer des accidents. En outre, c’est des véhicules qui stationnent partout et qui ne respectent jamais le code de la route. Mais malgré le danger que leur circulation implique, le taxi- clando fait bien partie du décor du transport interurbain sénégalais. Leur utilisation reste ainsi un mal nécessaire.

Saly Diouf Infos Rewmi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.