Cherté de la vie : quand le panier de la ménagère est trouée

Le traditionnel bien manger accompagné de thé est en rupture au Sénégal .En ces moments difficiles où trouver les produits de première nécessité est difficile, les sénégalais tirent le diable par la queue.

Cette situation devenue préoccupante pour toute la population sénégalaise surtout est surtout ressenti par les pères de famille .Subvenir au besoin quotidien de leur famille est tout un problème surtout en cette période de penderie à coronavirus ou plusieurs chefs de famille ont perdu leur travail .Ce situation qui a participé à l’augmentation du taux de pauvreté dans le pays qui compte de 6 million de personnes à nourrir.

Dans les marchés, le voisinage entre vendeurs et clients est devenu ambigüe quand les commerçants se justifient de l’augmentation des prix par le biais des taxes. M.ND commerçant au marché Castor n’a pas trouvé d’explications à cela. Lui-même achète ses produits en gros plus cher « le sac de riz parfumé, je le vends à 20000 FCFA au lieu de 17000.

Le riz local est passé de 13 à 14000 FCFA et le bidon de 20 litres d’huile est passé de 14500 à 24000fcfa ! Je ne sais pas quel est le problème et pourtant les clients se plaignent…….. » KH.D, une marchande ambulante « je vendais du thé. On a augmenté le sucre, c’était difficile pour moi parce que je ne pouvais pas augmenter le prix de la tasse de thé .Tout augmente, ça n’arrange personne ». Le cout excessif de la vie en général ne facilite pas l’épanouissements des populations .Cette situation inquiète .

Pour la plupart, cette augmentation des denrées de première nécessité est- liée aux mesures anti_ Covid prises par le gouvernement, affirme l’économiste Khadim Bamba Diagne . Selon lui ,la mauvaise nouvelle, c’est que la hausse pourrait perdurer .La baisse de l’activité économique a comme conséquence, la baisse des recettes pour les ménages mais aussi pour l’Etat. « Le seul instrument valable que l’Etat peut utiliser, c’est l’augmentation des recettes fiscales . Maintenant, si on augmente les taxes, les commerçants vont répercuter cette augmentation -là sur les prix ».

Fatou Kassé (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp